Les conséquences du stress

Cet article sur les causes du stress fait suite à l'aricle : Qu'est ce que le stress ? et Les causes du stress. La démarche que je vous propose de suivre est progressive, je vous conseille de lire la première partie, puis la deuxième pour mieux comprendre mes propos.

 
 
image-from-rawpixel-id-260039-jpeg.jpg

« Notre invincibilité dépend de nous, la vulnérabilité de l'ennemi de lui »

Sun Tzu

 

LA RÉACTION = LE STRESS :

Dans des conditions simples et optimales, l’agent stressant est identifié (pas forcement par vous) par votre cerveau. Se déclenche alors un ensemble de réactions physiques et psychologiques dans le corps, c’est à proprement dit le stress. Pour faire simple et synthétique :

le cerveau capte l’agent stressant (du moins l’analyse-t-il ainsi), il transmet aux organes spécifiques par influx nerveux l’ordre de déclencher la libération d’hormone (les plus connues étant l’adrénaline et le cortisol). Cette libération d’hormones dans le corps va déclencher une réaction en chaîne :

  • Augmentation du rythme cardiaque,
  • constriction (diminution de la taille) des vaisseaux sanguins,
  • Tension musculaire,
  • Diminution des fonctions urinaires,
  • Diminution de la digestion,
  • Activation d’un mode de fonctionnement du cerveau basé sur les réflexes, les habitudes (donc inconscient). Nous sommes donc ici dans une réaction du corps « réflexe » et adapté pour mettre en place une attitude de fuite ou de lutte.

Le ressenti corporel

L’intensité de la réaction et de son ressenti dans le corps dépend de la perception du cerveau aux stimuli extérieurs (en fonction qu’il les juge menaçants, dangereux) Le ressenti corporel pouvant être plus ou moins intense. Plus l’intensité du stress est élevé, plus nous sentirons les battements de notre cœur, plus nous sentirons nos muscles se contracter, etc. La mise en place d’une action concrète (fuite ou lutte), si celle-ci ne nous a pas été fatale, va permettre au corps de rentrer en phase de récupération afin de retrouver un fonctionnement équilibré et normal.

Cette phase de récupération est en forte corrélation avec l’intensité de la réaction et est bien évidement nécessaire pour pouvoir refaire face à un nouveau stress. Plus le stimulus (agent stressant) est considéré comme dangereux, plus le cerveau va déclencher une réaction de stress forte. Plus cette réaction de stress aura une intensité élevée, plus le ressenti dans le corps sera important et plus la phase de récupération sera longue. Jusqu’ ici, rien de sorcier me direz-vous, et pourtant, cela se complique à un moment donné.

Les conséquences du stress :

Lorsqu’une action a été mise en place comme la fuite ou la lutte, qui pourrait être rattachée dans nos sociétés modernes à l’expression de nos sentiments, émotions et ressentis, alors les conséquences du stress seront limitées aux ressentis corporels. Par contre lorsque la phase de récupération n’est pas suffisante (avant l’arrivée d’un nouveau stress) ou non présente, alors le « stress » (réaction physiologique) va avoir des conséquences plus importantes au niveau du corps et du mental et même au niveau de nos comportements.

Au niveau physique :

  • Tension musculaire,
  • Problème digestif (perte d’appétit, constipation, etc.),
  • Insomnie,
  • Vertige,
  • Maux de tête,
  • Souffle court,
  • Fatigue, Symptômes émotionnels et mentaux :
  • Agitation,
  • Irritation,
  • Indécision,
  • Inquiétude,
  • Anxiété,
  • Manque de joie,
  • Mélancolie,
  • Baisse de la libido,
  • Difficulté à se concentrer,
  • Faible estime de soi.

Les symptômes comportementaux :

  • Perception négative de la réalité,
  • Désorganisation,
  • Plus de difficulté dans les relations,
  • Tendance à s’isoler,
  • Abus des excitants et conduite addictive,
  • Comportement d’évitement.
info 4.jpg